Dossier de la semaine 49 – Histoire des Pieds Noirs d’Algérie : Toutes les anecdotes sur les tortures et les bavures – 4/7 – Mercredi 4 Décembre 2019

  • Ce sujet contient 4 réponses, 3 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par LouisDiRosa, le il y a 1 jour et 20 heures.
Vous lisez 5 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #38156 Répondre
      LouisDiRosa
      Admin bbPress
        Dossier de la semaine 49 :

       

      La guerre d’Algérie : Terreur contre terreur

       

      Toutes les anecdotes sur les tortures et les bavures

      (d’après : http://www.histoire-en-questions.fr)

       

      Histoires sur la Toussaint rouge, les massacres, tortures, bavures, ratissages, embuscades et coups tordus de la Guerre d’Algérie.

       

      4/7
      Méthodes de tortures

      cliquez sur la photo ci-dessous-

       

        
    • #38165 Répondre
      Mireille Bartoli-Thiébaud
      Participant

      Bien sûr il y a eu pendant cette foutue guerre  -ds laquelle les adversaires ne sont pas sortis grandis -des excès et exactions  ,   les lois de la guerre comme on dit souvent

      Mais on peut douter des récits proposés car je suppose que l’auteur en question de l’article n’a pas eu accès aux archives  du Ministères des Armées . Donc , il les a glanés par ci  ,par là ds ses enquêtes journalistiques  ,ce qui se disait   , se supposait   le tout revisité et accompagné d’une bonne dose d’exagération, de vantardise , de  » sbroufoune  » . C’est avant tout pour ces raisons là que je reste prudente quant à la véracité des articles……

       

    • #38175 Répondre
      LouisDiRosa
      Admin bbPress

      Je peux certifier que tout ce qui est dit ici est une bien triste et malheureuse vérité : j’ai l’impression d’entendre le papa nous raconter ce qui se passait dans la buanderie de la maison cantonnière de Taher.

      Il est certain que la parole d’un petit chef cantonnier du bled ne vaut pas qu’on s’y attarde trop non plus, lol ! Surtout devant une cohorte de généraux, le front haut, le regard clair : Circulez ! Il n’y a rien à voir !

      Je ne cherche pas à convaincre qui ne veut pas l’être mais le déni semble être le plus fort et vainqueur encore de nos jours et perdurera : c’est ainsi dans tous les conflits et les horreurs des guerres où chacun rejettent ses plus belles saloperies mais acceptent allègrement celles des autres.

      Et pourtant… oui, ça se passait ainsi dans les postes de garnisons de notre région, oui nous continuions à vivre et je peux vous dire que moi gamin, j’écoutais le papa sans même réaliser vraiment ce qui se passait. La seule excuse c’est que je n’était qu’un gamin et que je grandissais avec le conflit qui faisait parti de mon quotidien : je n’avais qu’un cerveau d’enfant … A croire que beaucoup,à cette époque et en ces lieux, avaient un cerveau d’enfant… ?

       

    • #38183 Répondre
      Mireille Bartoli-Thiébaud
      Participant

      Je te signale louis que je n’ai aucunement mis en doute ton récit à la maison cantonnière et encore bien moins  le témoignage de ton père -petit chef cantonnier du bled tel que  toi  le présentes- mais le journaliste de  » la petite histoire » de la guerre d’Algérie ,  ds ces rapports de faits dits historiques qu’on lit depuis quelques temps sur le site …………….lui en effet, je doute et même beaucoup . Il raconte tout ça à  sa » sauce »à lui .

      Quant à moi rassure toi  je ne suis pas ds le déni  , ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit,mais je me permets de douter . Son nom? la date des articles? me permettraient de faire le tri , voire de me convaincre de la véracité de ses articles

    • #38187 Répondre
      JeanClaudeBloch
      Participant

      Quand je travaillais au centre de regroupement de El Achouet (dans les locaux de l’Éducation Nationale), l’école se trouvait pas loin de la ferme Lochard…Les locaux n’étant pas clôturés, un jour un chien griffon Vendéen entra et s’installa sur l’estrade de ma classe pour se repaître d’un membre supérieur humain auquel il manquait deux doigts. Le chef du camp de l’époque pensait qu’il s’agissait dune personne de Taher disparue depuis quelques jours…
      Œuvre de maquisards? des soldats français? corvée de bois à l’embouchure de l’Oued Djendjen? soldats mutilés après une embuscade tenue au retour d’une opération????
      Allez-savoir? Il s’en passait tellement…
      D’un côté il fallait aveuglément semer la terreur et de l’autre, il fallait avoir des renseignements…
      Je pense que plus de 50 après, si l’on veut en parler, il faut parler des deux camps ennemis tous deux responsables d’atrocités. C’était vraiment une sale guerre !

    • #38199 Répondre
      LouisDiRosa
      Admin bbPress

      Je te rejoins totalement Jean-Claude et c’est pour ça que j’apprécie les mises au point de ces documents que dévoilent l’auteur de ce dossier dont je ne remets pas en cause les confidences, malheureusement.

      Maintenant libre à chacun d’y croire ou de ne pas y croire. Je ne peux qu’apporter un triste témoignage, c’est tout.

Vous lisez 5 fils de discussion
Répondre à : Dossier de la semaine 49 – Histoire des Pieds Noirs d’Algérie : Toutes les anecdotes sur les tortures et les bavures – 4/7 – Mercredi 4 Décembre 2019
Vos informations:




70 − 60 =